Se démaquiller bio, c’est bon pour moi

 

Le démaquillage est essentiel pour prendre soin de sa peau et la débarrasser des toxines accumulées par la pollution, les agressions extérieures et le maquillage. Et si on passait au bio pour prendre soin de soi avec encore plus de conscience ?

 

Si vous vous maquillez tous les jours, le démaquillage fait partie de votre routine beauté. Jusqu’à présent, elle se résumait à un disque de coton et du lait démaquillant. En optant pour une routine de démaquillage bio, vous ferez du bien non seulement à votre peau, mais aussi à l’environnement. Quelles solutions s’offrent à vous ?

S’il est impossible de faire l’impasse sur le démaquillage, car la peau est sujette aux agressions extérieures comme la pollution, les changements de température, le maquillage qui bouche les pores, il est possible de changer de routine et de passer au 100% naturel.

En cessant d’utiliser des produits démaquillants non bio, vous éviterez les produits contenant des actifs nocifs, comme le sodium lauryl sulfate, que l’on trouve dans la plupart des gels et eaux démaquillantes. Ce tensioactif plébiscité pour son effet moussant et nettoyant a tendance à irriter et assécher la peau. De plus, il n’est pas biodégradable. On évite aussi les sulfates. À la place, on utilise des produits respectueux de l’environnement et doux pour notre peau.


Remplacer les cotons par des lingettes réutilisables

 

Non bio, le coton est la culture qui utilise le plus de pesticides au monde. Pour y remédier, on commence par opter par du coton bio ou mieux encore, par troquer les disques jetables par des solutions lavables, comme des lingettes en microfibre, un tissu ultra-absorbant qu’il suffit de mouiller avec de l’eau et lavable en machine.

Les éponges konjac sont utilisées par les Japonaises depuis 1500 ans pour exfolier et nettoyer le visage, ces éponges naturelles et biodégradables gomment en douceur et éliminent efficacement les résidus de maquillage. Il suffit de les imbiber d’eau et de frotter en cercle concentrique. Après utilisation, on rince l’éponge puis on la laisse sécher. Elles sont utilisables 3 mois et se mettent au compost.

Pour aller encore plus loin, il est également possible de craquer pour une éponge de mer naturelle, biodégradable et hypoallergénique, idéale pour les peaux sensibles. Il suffit de l’utiliser imbibée d’eau pour se démaquiller en douceur. Ces éponges se conservent pendant 6 mois environ.

 


Quel produit bio privilégier pour se démaquiller ?

 

Pour un démaquillage en douceur, on privilégie une huile démaquillante bio, idéale pour les peaux sèches et sensibles. Ce corps gras permet d’éliminer le maquillage – lui-même plutôt gras – sans frotter.

Les huiles qu’on adore : l’huile de tournesol bio qui nourrit, l’huile de sésame qui assouplit et est anti-oxydante, l’huile d’amande douce qui adoucit. On aime aussi les huiles neutres comme l’huile d’argan, de noyaux d’abricot, de jojoba ou, pour les peaux matures, huile de bourrache ou d’onagre.

On applique l’huile au doigt sur les yeux et le visage en massant délicatement pour dissoudre le maquillage, puis on émulsionne avec de l’eau fraiche – ou un hydrolat adapté. Si on préfère, on peut utiliser une éponge naturelle pour appliquer l’huile.

Les lotions micellaires bios sont également idéales pour nettoyer la peau en douceur. Avec un actif hydratant comme l’aloe vera bio, on démaquille sans dessécher. Enfin, avec une lingette ou un coton bio, on peut terminer par une eau florale comme le bleuet bio pour apaiser la peau.  

Quant au lait démaquillant, on le choisit certifié bio et on l’applique avec une éponge, un pinceau ou du coton bio. Pour terminer, on applique une eau florale pour rafraichir. Encore mieux, on termine par un peau d’eau fraiche (et non chaude, on pense à l’environnement jusqu’au bout !) sur le visage, en veillant à avoir les mains bien propres.

Pas encore convaincue ? Vous trouverez votre bonheur dans notre rubrique démaquillage .

Articles Similaires

Instagram